La rentrée est source d’enjeux| Interview Télé Monaco

< Retour aux articles

Pour Télé Monaco, notre experte partage quelques conseils pour bien vivre cette période stressante qu’est la rentrée.

  • Quelle attitude conseillez-vous d’adopter face à un enfant qui ne veut pas aller à l’école ?

Cette réaction du petit enfant n’est pas représentative du rapport qu’il entretient avec l’école puisqu’il ne connait pas cette organisation et il n’a pas conscience de la dimension sociale dans laquelle il est pris… Donc tout n’est pas perdu ! Encourager l’enfant à verbaliser ce qu’il ressent vous permettra de connaître la façon dont il a assimilé le mot “école”, les sentiments ou idées associées. Il est important de reprendre les raisons et l’importance d’une intégration scolaire en le replaçant au centre de cette dynamique. Pour l’enfant déjà expérimenté, il faut le faire verbaliser sur ce qui le dérange. Il a le droit de ne pas aimer la dynamique scolaire mais pour autant, il est indispensable de le rassurer. Le fait de “ne pas aimer”, ne signifie pas que quelque chose ne va pas chez lui ou qu’il ne sera pas capable de ressentir une satisfaction dans cet environnement.

  • Comment présenter l’école à un enfant qui va effectuer sa première rentrée ?

Chaque membre d’une famille a sa fonction et une place en société. Expliquer à l’enfant que l’école est son lieu de travail, comme papa ou maman. De cette manière, il comprendra qu’une place l’attend et qu’il pourra investir l’école en fonction de sa personne. Adopter un discours ludique et expliquer à votre enfant ce qu’il va apprendre et pourquoi. Il appréciera le fait de pouvoir lire un livre avec ses parents, à sa petite soeur ou seul comme un grand. Parfois les plus jeunes se passionnent pour un sujet, comme les dinosaures par exemple. Il est utile de faire des connexions avec ces thèmes pour qu’il associe ce qu’il aime avec ce que l’école lui permettra de réaliser.

  • A la maison, peut-on adopter des activités, des habitudes qui aident les enfants à bien vivre leur rentrée ?

La maison est le premier lieu d’apprentissage, malgré l’école elle restera essentielle et primordiale. Les activités de découverte doivent être entreprises avant l’école, plus vous allez rendre curieux votre enfant et lui permettre de découvrir l’environnement qui l’entoure, plus son envie d’apprendre sera forte. L’outil ludique qui permet de faire un lien entre le domicile et l’école reste le cahier de vacances. Faire une page par jour, hors week-end, le matin ou en fin de journée sur un temps limité – 2 heures maximum.

  • En période de crise sanitaire et de crise économique annoncée – est-il normal de se sentir angoissé ?

Oui, c’est une année particulière avec des enjeux lourds. La rentrée se fait à tâtons et reste – pour beaucoup – source d’insécurité. Bien la vivre est également normal. Il n’y a pas de norme à respecter sur ce sujet, seulement des individualités. L’important est de pouvoir rester dans une dynamique, donc si votre travail vous semble instable, compensez cette instabilité dans autre chose, n’hésitez pas à mettre en jeu votre corps en faisant une activité, ou votre esprit en pensant à ce que vous pourriez mettre en place dans un futur proche.

Besoin de soutien ?

  • Pourquoi la rentrée est-elle source de stress ?

La rentrée est source d’enjeux, commencer un nouveau travail, une nouvelle fonction, réaliser un but ou retourner dans un environnement connu… La rentrée sur un plan spatio-temporel est le début, il vaut mieux être motivé et investit pour se sentir bien. Etre vigilant à la façon dont on introduit l’enfant dans ce qui sera son environnement sociétal. Eviter les critiques du système car même si nous sommes libres de penser, les enfants ont une obligation d’école et doivent pouvoir se mouvoir psychiquement sans trop de risques et d’insécurité. Aimer quelque chose que papa ou maman n’aime pas est une tâche qui peut s’avérer moralement difficile pour l’enfant. Le parent est un exemple, alors soyez neutres sur certains sujets pour que l’enfant puisse se faire ses propres idées et trouver une place qui lui est adaptée.

Défiler vers le haut