Le pouvoir de l’esprit et du corps, le premier soin.

< Retour aux articles

Des questions reviennent : « Mais cela marche vraiment ? Les personnes qui vous consultent vont mieux ? Je n’y crois pas… »
A ces mots, la situation s’inverse, je suis la psychologue étonnée de l’étonnement de cet autre, dans l’appréhension de cette discipline.

Parce que le travail psychique est imperceptible, il est difficile pour les personnes de penser et conceptualiser le déroulement de ce process et ses bénéfices. Toute la dimension symbolique est aussi et surtout engagée.
Je réalise à quel point les personnes en difficulté, n’arrivent plus à percevoir que derrière les mots il y a des idées, des pensées, des modèles, des concepts et surtout du symbolique !!

3 points énumérés de façon simplifiée pour vous révéler un peu de cette pratique.

Ce qui est en jeu dans la rencontre avec le psychologue et pourquoi cela fonctionne ?

 

– UN ESPACE QUI SOIT LE VOTRE !

Sur le plan psychique : Ici, vous pouvez déposer des mots, émotions, idées de toutes natures, dans un cadre contenant sans vous risquer.
Enfin une possibilité d’évacuer ce poids à l’intérieur de vous. Vous voici face à une personne qui pourra entendre ce que vous avez à dire et qui ne sera ni dans le jugement, ni menaçant face au secret dévoilé dans de ce qui est de plus intime pour vous.
A priori, il n’y a pas d’enjeu avec le psychologue et c’est pourquoi le mode relationnel peut prendre diverses facettes. 

Sur le corps : Cela peut créer un soulagement, la sensation de se débarrasser d’un poids, d’un noeud. La sensation que quelqu’un vous soutienne et que vous n’êtes pas seul(e). Se sentir entendu, compris et rassuré dans un cadre qui vous permettra de ne pas partir dans tous les sens. La pensée commence également à s’organiser.
Cela a une action dans l’amélioration de possibles maux de tête, de fortes angoisses, de maux d’estomac, de troubles de l’humeur et du comportement …

– CADRE ET PROCESSUS :

Il est essentiel de trouver un cadre qui viendra sécuriser votre pensée, votre être dans sa subjectivité. Il est important que quelque chose vienne vous contenir et permettre le développement et la compréhension des processus dans la cure.
Le cadre est un ensemble d’éléments stables et non significatifs d’un traitement. Il s’agit des règles d’accueil, du lieu, du dispositif, de la fréquence des rencontres, du tarif..
Le processus comprend tout ce qui se passe entre l’analyste et le patient dans la cure.
Un sentiment de confiance avec votre thérapeute va pouvoir se créer de par la bienveillance de ce dispositif.

Sur le plan psychique et corporel : Sentiment d’apaisement et de sécurité, essentiel pour éviter tout passage à l’acte auto et/ou hétéro-agressif. Réorganisation de la pensée, avec (de façon imagée) la création de nouveaux espaces vierges propices à recevoir et traiter des informations. Une meilleure gestion des émotions, des effets sur le comportement, l’humeur et la somatisation. Diminution de l’angoisse et sensation de mieux-être.
De nouveaux repères propices au bon fonctionnement et maintien psycho-corporel de l’individu pris dans la thérapie.

– UNE CONFIANCE ET DU TEMPS :

Parler à votre psychologue est une façon de vous accorder du temps, dans l’investissement de votre désir ainsi que de couper avec les émotions fortes envahissantes.
La parole a une fonction libératrice, libératoire
(qui libère d’une obligation, d’une dette) et élaborative.


« Le patient parle, raconte les évènements de sa vie passée et ses impressions présentes, se plaint, confesse ses désirs et ses émotions. Le médecin s’applique à diriger la marche des idées du patient, éveille ses souvenirs, oriente son attention dans certaines directions, lui donne des explications et observe les réactions de compréhension ou d’incompréhension qu’il provoque ainsi chez le malade. »

 Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, 1917, “Introduction”, trad. S. Jankélévitch, Payot, 1987, p. 7-8.

Sachez que s’il est difficile de conceptualiser le travail thérapeutique, les effets thérapeutiques sont visibles et ce, dans la rencontre avec le psychologue.
La seule prise de contact permet déjà le transfert, fonction essentielle à la cure. 

 

  • La pratique et présence du psychologue dans le cadre thérapeutique vous permet le pas de côté afin d’entendre des choses de votre propre fonctionnement, de votre système de pensée. Comprendre ce qui se répète et fait retour. Ce qui fait symptôme. Libérer un espace psychique occupé par les émotions envahissantes et le manque de cadre. Cela permet de remettre du sens et de faire du lien entre ce qui a été vécu et la réalité de l’actuel. 

Besoin de soutien ?

  • Beaucoup de mes patients sont surpris de s’entendre, d’oser, de trouver un autre sens aux choses, aux mots. Ils entendent ce qu’ils n’entendaient pas ou plus et expriment assurément leurs désirs. Il y a à ce moment là, une envie, une motivation, un mouvement psychique qui leur permet de trouver leurs solutions.
    Ils entendent, comprennent et prennent des directions adaptées à l’être qu’ils sont…Il répondent à la question qui est la leur, ce pourquoi ils consultent.
  • L’idée d’une thérapie ou d’un soutien psychologique est de pouvoir permettre à l’individu de se positionner différemment afin d’éviter de refaire les mêmes erreurs, de se trouver dans des situations où il se sent en danger, de pouvoir dire au revoir et avancer sans se sentir bloqué dans un temps ou une réalité qui n’est plus.
    C’est aussi répondre à des questions envahissantes et/ou qui ressurgissent avec le temps. C’est pendre de la distance ou se reconnecter avec des éléments environnants.

Karine MIQUELIS, Psychologue Clinicienne

 

Défiler vers le haut